• AUPRÈS DE L’ARBRE

    Cela commence par une graine,

    Plantée soigneusement par deux petites mains !

    Un peu d'eau, du temps et de l'attention,

    Et quelques mois plus tard, la terre se craquèle,

    Et voilà que sort une drôle de tige à tête,

    Frêle, fragile, même un peu bizarre,

    Mais avec l'envie furieuse de se battre pour vivre !

    De jour en jour, la graine grandit,

    Et devient de plus en plus forte,

    Grâce aux bons soins que l'enfant lui prodigue,

    Jusqu'au jour, où, surprise,

    Un arbre magnifique, superbe, se dresse !

    Son tronc est rugueux, un peu crevassé,

    Ses branches invitent à grimper,

    Ses feuilles te caressent le visage,

    Comme pour une sorte de reconnaissance !

    Arrivé à son sommet, ah,... quelle vue,

    Tu observes ce qui t'entoure autrement !

    L'horizon, là-bas, te semble accessible,

    Et il te suffirait de tendre tes mains,

    Pour attraper les nuages au-dessus de toi !

    Tout heureux, tu cours conter ton aventure,

    A tes parents, qui, eux, ont déjà décidé,

    D'abattre, sans pitié aucune, ton bel ami,

    Afin de faire, à sa place, une cabane à outils !

    Attristé, tu leur demandes de t'accorder,

    Avant la mort de ton arbre, un souhait !

    Ils ne se doutent pas de ce qui les attend,

    Car ils ne comprennent pas vraiment ce que tu ressens !

    Un peu avant l'heure fatidique,

    Faisant comme si de rien n'était,

    Tu veux faire tes adieux à ton ami,

    Pour la dernière fois, à lui, tu veux être uni !

    Voilà que dans un envol bien calculé,

    Tu plonges vers le sol, avec brutalité,

    Et en même temps que tombe l'arbre,

    Tu chois avec lui, sans regrets, pour l'éternité !

    Pour protéger ton ami l'arbre,

    Tu as voulu partager sa mort, son sort !

    De ce jour, tes parents sont inconsolables,

    Et sur la souche morte, restée comme une empreinte,

    En mémoire, est planté un petit écriteau,

    Où sont écrits simplement ces mots :

    "Ci-gît notre petit et son ami l'arbre,

    Ils sont réunis pour la postérité !

    En souvenir de leur tendre amitié,

    La nature, toujours, nous allons la protéger !"

    Et au printemps, l'on peut distinguer,

    Toute une myriade de fleurs colorées,

    Semées par des parents traumatisés,

    Se dresser et recouvrir de leurs pétales,

    La souche pour la protéger du mal,

    E n hommage à ce petit enfant,

    Qui, au contraire des grands,

    Vivait en osmose avec la nature,

    Car il avait compris que la vie était dure !

    Lire la suite...

    Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique