• EN SORTANT DE L’ÉCOLE

    Souvent, quand me vient un souvenir d’enfance,

    C’est de l’ancienne école dont j’ai la souvenance !

    Au début, pas de mélange, c’était la séparation,

    Les filles, d’un côté, et de l’autre, les garçons !

    Puis est venu le temps de jouer l’égalité,

    Et c’est ainsi que, tous ensemble, on s’est retrouvés !

    Mes maîtres et maîtresses avaient un aspect sévère,

    Mais pourtant, mon école, ce n’était pas l’enfer !

    J’ai appris à lire, à écrire et aussi à compter,

    C’était le bon temps de l’ardoise et de la craie !

    Je prenais soin aussi de mes très chers cahiers,

    Avec un buvard dedans pour ne pas faire de pâtés !

    C’était un vrai régal d’écrire tout l’alphabet,

    Avec un porte-plume et un bel encrier !

    Des jambes et des ronds, du travail appliqué,

    Aujourd’hui, tout çà fait partie d’un tendre passé !

    Puis, le printemps venait et fleurissaient les lilas,

    Je demandais à ma mère : « Maman, dis, tu m’en couperas,

    C’est pour Madame maîtresse qui m’a donné une image,

    J’ai eu mon compte de bons points, car j’ai été bien sage !

    Alors, maman coupait de belles branches odorantes,

    Toute fière et émue, j’en étais bien contente !

    Puis, prenant le bouquet, vite, je me dépêchais,

    D’être la première à l’école, d’être la première arrivée !

    Il fallait que ma maîtresse puisse bien profiter,

    Du parfum enivrant de mon joli bouquet !

    Elle le mettait en vase, au milieu de bureau,

    Il trônait là des jours,… mon Dieu,… qu’il était beau !

    Je me rappelle aussi qu’on était obligés,

    Comme tout bon écolier, de mettre un tablier !

    A la rentrée, entre élèves, c’était une découverte !

    J’ai souvenir d’un noir cintré avec une fleur verte !

    C’était à qui avait le plus beau d’entre tous,

    Pareil pour nos cartables, crayons, éponges et trousses !

    Tous les ans, aussi, c’était les photos traditionnelles,

    Entre filles, on se disait qu’on serait les plus belles !

    Avant les vacances, à la fin de l’année scolaire,

    On avait encore beaucoup à faire !

    On nettoyait tout, et surtout nos bureaux,

    Avec de la bonne cire pour que cela fasse beau !

    Pour clore l’année d’école, on faisait la fête,

    On apprenait des danses à nous prendre la tête !

    Puis, venait le moment où avec attention,

    Devant parents et amis, on faisait une représentation !

    On avait le droit aussi de ramener des jeux et jouets,

    Les garçons et les filles jouaient ensemble à la poupée,

    On chantait des chansons, on était heureux,

    On se disait : « A l’année prochaine ! », les larmes aux yeux !

    Tout ce temps révolu n’est plus que souvenirs,

    Mais quand j’y pense, parfois, oui, çà me fait sourire !

    Aujourd’hui, les enfants n’ont même plus de respect,

    Pour leurs instituteurs qui leur sont dévoués !

    Depuis la maternelle jusqu’à l’école primaire,

    Quand je vois ce qui s’y passe, je n’en suis pas très fière !

    Plus de récitations, ni de leçons de bonne morale,

    Pourtant, il faut avouer que çà ne leur ferait pas de mal !

    Les enfants, de nos jours, savent à peine écrire,

    Compter, juste un peu, et pour ce qui est de lire,…

    A la récréation, dominent les jeux violents,

    Où sont les jeux de la marelle et de la balle au camp ?

    Les jolies petites rondes, les jeux de cordes à sauter ?

    Celui de colin-maillard et les billes qui tintaient ?

    A l’âge de trois-quatre ans, on met les petits bambins,

    Devant l’ordinateur en disant que c’est pour leur bien !

    On robotise les gosses, quelle drôle de scolarité,

    Et c’est ainsi qu’on fait des enfants toujours bien stressés !

    Il faudrait penser à remettre au goût du jour,

    L’ancienne école qui a fait mes beaux jours !

    Çà ne ferait pas de tort à certains écoliers,

    Ils sauraient ce que c’est que d’être bien élevés !

    On a voulu l’école avec du modernisme,

    On devrait revenir à plus de moralisme !

    L’école d’aujourd’hui, pour moi, c’est du délire,

    En tout cas, je sais que çà ne me fait pas rire !

    On me dira sûrement : « Tu vis trop au passé ! »,

    Oui, peut-être, mais voyez à quoi çà m’a mené !

    Je m’en sors plutôt bien, j’ai en moi les leçons de la vie,

    Mais pour vous, enfants de l’avenir, ce n’est pas fini !

    Vous avez un long et dur chemin encore à parcourir,

    Respectez les valeurs, çà vous fera de bons souvenirs !

    L’école n’est pas l’enfer, c’est même une vraie chance,

    Et il ne faut pas croire qu’il faut beaucoup d’intelligence !

    Il vous suffit d’écouter, d’apprendre et de respecter,

    Ce n’est pas difficile, et vous allez aimer,

    L’école dont vous dites qu’elle ne vous apporte rien,

    Croyez-moi, enfants, çà ne peut que vous faire du bien !

    Plus tard, vous aurez, comme moi, de sacrés bon souvenirs,

    Venez alors me voir pour en parler et pour en rire !

    Lire la suite...

    Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique