• GUERRE ET PAIX AU POTAGER

    Je suis partie au potager et au verger,

    Et j’ai profité de faire mon marché,

    C’est un peu comme une récitation,

    Qui vous apprendra la cuisine en leçons !

    Bon, fruits et légumes, tous en rang d’oignons,

    Car je vais vous cuisiner aux p’tits oignons !

    Quoi, qu’entends-je, vos pieds ont des oignons ?

    Occupez-vous alors de vos oignons !

    Ne restez pas planté comme un poireau,

    Je ne vous ferais pas faire, alors, le poireau !

    Je vous coupe la poire en deux,

    Et je vous garde une poire pour la soif, si je peux !

    Ah, vous alors, quelle poire,

    Vous vous foutez de ma poire !

    Si je me fâche, gare à vous, vous allez voir,

    Je vais vous en mettre une en pleine poire !

    Vous êtes rouge comme une tomate,

    Mettez donc vos lentilles de contact !

    Vous n’avez qu’un pois chiche dans la tête,

    Mais je craque pour vos beaux yeux noisette !

    Allons donc, ensemble, planter les choux,

    Mais sans faire chou blanc, mes p’tits choux !

    Vous préférez croquer la pomme ?

    Pauvre pomme, vous en êtes vert pomme !

    Vous n’aimez pas le bruit de la fraise ?

    Allons, soyez un peu plus à l’aise !

    Non, ne ramenez pas votre fraise,

    Car nous allons aller aux fraises,

    Pour mettre du beurre dans les épinards,

    Et manger, tous les jours, d’aubergine, du caviar !

    Oui, oui, vous ferez chou gras,

    Mais ce sera une vraie purée de pois !

    Pour des prunes, vous voulez me donner un marron ?

    Mais vous n’avez vraiment rien dans le citron !

    Ne me prenez donc pas le melon,

    Et ne me pressez pas, en plus, le citron !

    Vous préférez me foutre une châtaigne ?

    Allez-y, et mettez-moi aussi une bègne !

    Voulez-vous quelques pommes noisette ?

    Tant pis pour vous, vous n’aurez que des cacahuètes !

    Non, n’en faites pas toute une salade, s’il vous plaît,

    Même si je sais que cette feuille de chou est un vrai navet !

    Eh oui, vous l’avez dit, les carottes sont cuites,

    Vous mangerez donc des ronds de carottes, et vite !

    Ah, vous n’avez même plus un radis ?

    Çà c’est vraiment bête, moi, je vous le dis !

    Et vous, espèce de courge, couleur aubergine,

    Qu’est-ce donc que cette cour que vous faites au pied de vigne ?

    Puis, pourquoi cette banane sur votre petite tête ?

    Ce n’est pas l’idéal pour aller faire la fête !

    Avec vos drôles et riantes oreilles en chou-fleur,

    Même si le diable vous voit, il prendra peur !

    Avec votre teint olive, votre drôle de tête d’ail,

    Et votre chapeau melon, couleur groseille,… que de détails !

    Comme çà, vous tombez dans les pommes ?

    Mais vous n’êtes que fruits et légumes, et non  des hommes !

    Il y a de quoi avoir un cœur d’artichaut,

    Car les lingots font vraiment la fin des haricots !

    Avez-vous pris de la galette, la fève,

    Pour signer, avec moi, une sorte de trêve !

    Les raisins de la gloire vous ont farci le melon ?

    Il ne fallait pas appuyer sur le champignon !

    Et vous, là-bas, avec votre belle robe d’avocat,

    Vous vous posez en juge des lois ?

    Il ne vous reste que des haricots ?

    Hélas, hélas, ce n’est pas la cerise sur le gâteau !

    Vous, p’tit bout d’ chou, vous poussez comme un champignon,

    Comme c’est chou, vous ne trouvez pas, non ?

    Vous avez la pêche, avec votre pomme d’Adam,

    Et vous tirez les marrons du feu, comme c’est marrant !

    Non, vous ne me rentrerez pas dans le chou,

    De vous, je n’ai pas peur du tout !

    Espèce de patate, vous êtes dans les choux,

    Ma ratte en a gros sur la patate à cause de vous !

    Et vous, betterave, avec votre pomme d’Api,

    Vous pensez avoir la pêche pour être ici ?

    Vous n’êtes qu’une tronche de pastèque,

    Allez donc vous faire voir chez les Grecs !

    Comment, vous voulez me flanquer une pêche,

    A moi, qui ai un si joli teint de pêche ?

    Avec vos yeux en amandes, couleur vert amande,

    J’ai la patate sans que je vous le demande !

    Je constate que vous avez aussi de l’oseille, vieille noix ?

    Je reste mi-figue, mi-raisin, mais : Sésame, ouvre-toi !

    Et comme tout cela me donne de l’insomnie,

    Je prendrais bien un bouillon d’orties !

    Quelle salade, ce panier à salade, ce jardin ville champignon,

    J’en ai vraiment pour ma pomme, non de non !

    Et après tout cela, u sais ce qu’il te dit, le cassis ?

    Tu n’avais qu’à ne pas rouler sur le dos d’un cassis !

    Oui, je sais, c’est une histoire à la noix,

    Du coup, je m’en vais, je vais vous laissez là,

    Car dans ce drôle de monde m’attendent des habitants,

    Qui ont tant à me raconter, alors, j’y vais en courant !

    Du coup, j’ai mis mon bel habit à pois,

    Pour casser les gourmands, oui, je sais, c’est tout moi !

    C’était la guerre et la paix dans le verger et le potager,

    J’ai poétisé dessus car çà m’a donné plein d’idées,

    Avant d’en faire l’inventaire et de bien les nettoyer,

    Car ils vont passer à la casserole, je vais les cuisiner !

    Lire la suite...

    Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique