• ILS VEULENT NOTRE PEAU

    Ils sont venus, ils sont tous là,

    Mais on ne les voit toujours pas !

    Bien à l’affût, tout le temps,

    Ils attendent vraiment le bon moment,

    Pour nous attaquer en traître,

    Et de nos corps, être les maîtres !

    Ce sont les nouveaux envahisseurs,

    Leurs noms nous font déjà peur !

    Pernicieux, ils résistent à tout,

    Et veulent nous rendre un peu plus fous !

    A l’aide, planquons-nous, au secours,

    Ils se montrent sous leur vrai jour !

    Tapis dans l’ombre des laboratoires,

    Ils s’impatientent déjà, faut voir,

    De l’erreur humaine, afin de s’échapper,

    Et d’un coup, d’un seul, nous clouer,

    Au lit, bien atteint, tout avachi,

    Avec l’espoir barbare de ne pas en être guérit !

    Ils se multiplient alors, ils sont des millions,

    A genoux, mes frères et sœurs, prions !

    Ah, bande de petits salopards,

    Vous vous croyez malins,

    Mais, on vous le dit, gare,

    Car jeu de mains, jeu de vilains !

    On vous aura, on vous aura,

    Rira bien qui rira le dernier,

    Si vous croyez que çà va se passer comme çà,

    Pour vous éliminer, on en deviendrait guerrier !

    Tu crois que t’a eu ton bactérie ?

    Et maintenant, tu veux vivre la virus ?

    Comment çà, le tuberculose,

    Demander un bacille de Koch ?

    Pourquoi pas aussi une poule et un microb(œuf) ?

    Et elle, quand a-t-elle eu des varicelle(s) ?

    Au moment d’une (é)scarlatine ?

    Non mais, vraiment, et pourquoi le parkinson ?

    Parce qu’il est dans la zone !

    Et syphilis a la rage,

    La candidose un bon scor(o)but !

    Maintenant, v’là le gang(du)rène,

    Qui réclame des oreillons de l’abricot qui germe,

    Car il a bu trop de rhum(e) dans c’ ébola !

    Quelle gale, et c’est ainsi que brucellose,

    Donner une coquel(o)uche,

    Pendant que la légionellose,

    Se tire d’affaire sans crétinisme !

    Ah, toutes ces bizarreries,

    Qu’engendre l’humain, la nature et la vie,

    On les a tous en grippe, hépa(p)tite !

    Si-da, avec ces micro-organismes, lettres et numéros,

    HAN1, A, B, C, on gagne à coup sûr un gros lo !

    Mais le grand jour viendra,

    Où on les décimera !

    Et à part çà, on dit que c’est la crise ?

    En tout cas, sur eux, elle n’a pas de prise !

    Et pour finir en beauté,

    Tous ensemble, dans une même mêlée,

    Poussons le cri de guerre qui fuir, les fera :

    La peste soit du choléra !

    Lire la suite...

    Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique