• NOM D’UN PRÉNOM

    J’ai vue AURORE, la boréale,

    Quel évènement phénoménal !

    Je l’ai DÉSIRÉ si fort,

    Que, les yeux clos, j’en rêve encore !

    J’entonne alors un beau GLORIA,

    SAMSON, en faisant ma LOLITA !

    Puis, en buvant une MARGHERITA,

    Je crie : VICTOIRE, quand on m’apporta,

    Deux récompenses, un CÉSAR,

    Et surtout, le fameux OSCAR !

    J’avoue les avoir payé en PASCAL,

    RUBIS sur l’ongle, c’était déjà pas mal !

    J’étais la REINE de la soirée,

    J’ai vraiment été très HONORÉ !

    On m’a aussi offert des FLEUR,

    En les voyant, j’ai versé des pleurs !

    Le bouquet était d’un ANGÉLIQUE,

    Digne de moi, vraiment magique !

    Il était composé de belles variétés,

    Que l’on trouve même sous les ALIZÉS !

    Des CAPUCINE, de l’AMARANTE et du GUY,

    Des JACINTHE parfumées, des ROSE si jolies,

    Des IRIS colorés, de la PERVENCHE en fleurs,

    Entremêlés de SUZANNE aux yeux noirs, quel bonheur !

    Et aussi des ANÉMONE en forme de cœur,

    Ainsi que de la DAPHNÉ, un parfum, une odeur !

    Sans compter des sortes de VÉRONIQUE,

    De VIOLETTE, de MARJOLAINE, c’était unique !

    Je n’oublier pas non plus la GARANCE et les NARCISSE,

    Côtoyant des ÉGLANTINE, des MARGUERITE et des AMARYLLIS !

    Oh, j’étais aux ANGE, j’étais si AIMÉE,

    J’étais une déesse de l’OLYMPE, près d’un OLIVIER !

    Et je voulais RAINIER avec CLÉMENCE,

    GRÂCE et surtout avec CONSTANCE,

    Sur cet ÉDEN CÉLESTE,

    Et sans demander mon reste !

    J’ai fait aussi la rencontre d’une SIBYLLE,

    Une voyante, qui, venant d’une grande ville,

    Et sur une jolie MÉLODIE,

    D’un ton assez grave,

    Que l’on peut nommer OCTAVE,

    De bien belles choses m’a prédit !

    Dans le MARC de mon café,

    Que j’avais si bien dégusté,

    Accompagné de MADELEINE,

    Aux PRUNE BLANCHE, découpées en JULIENNE,

    Et d’une CHARLOTTE aux CLÉMENTINE,

    Elle m’a vu dans un train, une MICHELINE,

    Avec un drôle de JULES, une sorte de CHEYENNE,

    Un peu FORTUNÉ, venant de NANCY, en LAUREN !

    Pour elle, il est mon SAUVEUR, il sera mon talon d’ACHILLE,

    CLÉMENT avec moi, car BENJAMIN de sa famille !

    Dans sa vision, elle a découvert un bijou,

    Qu’une COLOMBE portait à son cou !

    Fait de PIERRE précieuses, il étincelait,

    De tous ses feux, oh, comme il brillait !

    Il y avait de l’AMBRE, de l’OPALE et du JADE,

    Des PERLE fines, du BÉRYL et de l’AGATHE !

    Elle m’a vu aussi dans des limousines, des voitures,

    Qui m’appartiendront, un jour, c’est sûr !

    Une antique DIANE, une nouvelle LOGAN,

    Une grosse MERCÉDÈS, une belle CLIO et une grosse MÉGANE !

    Avec ces véhicules à la MAUDE, j’irai me promener,

    En VIRGINIE, en CAROLINE, dans l’INDIANA,

    Et aussi surtout visiter BEVERLEY, là-bas !

    Puis, en FRANCE, particulièrement à l’ÉLISÉE,

    Où y PROSPER un sacré trafic URBAIN,

    Comme du temps de nos ancêtres les ROMAIN !

    Avec mes cousins GERMAIN et GERMAINE,

    J’ai AIMÉ le ROMAN écrit par le petit ROBERT sur la Seine !

    Tous ensemble, ensuite, nous sommes partis danser,

    Du ROCK, de la CALYPSO et du MADISON endiablés,

    Pendant que CARMEN qui avait SALLY,

    Un SERVAN en MARCEL, se disait :

    «SYLVIE SANDRA, je m’engage dans la MARINE,

    Pour pêcher le COLIN en faisant l’ONDINE !»

    C’est moi qui vous le dis, ELVIRE de bord,

    Elle veut faire des folies de son corps !

    Elle croit qu’en croquant la pomme d’ADAM,

    Elle aura l’air un peu plus CONSTANT !

    Autant me prendre pour un SÉRAPHIN,

    Écrivant ici les mots de la fin,

    Sous un pin SYLVESRE, le jour de NOËL,

    Et jouant à ni oui, NINON avec une CORNEILLE !

    Pendant qu’ARIANE s’envole dans le ciel,

    Moi, je termine ici mes drôles de MAXIME au soleil !

    Lire la suite...

    Yahoo! Pin It

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique